GECE Région Languedoc-Roussillon Midi Pyrénées

GeceGroupement des éleveurs de chevaux d'endurance

Historique

 

C'est au cours de l'année 2000 qu'a été créé le GECE du Languedoc, affilié à l'époque au SYNAPECE, première structure nationale regroupant les éleveurs de chevaux d'endurance français sous forme de syndicat.

 

Le premier Président est Alain Roux (élevage de Landas), secondé de Didier Marion et Antonio Nogueira.

 

En 2002, suite aux ingérences et aux pressions du nouveau directeur des Haras d'Uzès, Alain Roux démissionne et c'est Didier Marion qui lui succède.  "Les premières années, nous avions instauré un partenariat entre les éleveurs du syndicat régional et les Haras d'Uzès qui achetaient chaque année quelques chevaux pour la remonte des clubs qui faisaient de l'endurance. Au départ de M. Rouvière, cette action positive des Haras a été détournée au profit d'accointances personnelles, j'ai décidé alors de me retirer."  Alain-Noël Roux.

 

 En 2003, sur injonction du Ministère de l'Agriculture qui refuse sans cela de reconnaître l'élevage endurance, le GECE est contraint d'adhérer à l'ACA.

 

En 2010 Michel Laracine (Elevage du Fausset) devient président, puis Hugues Calvin lui succède. C'est lui qui donnera un indiscutable rayonnement au GECE, et à l'ensemble de la filière puisqu'il deviendra également Pdt du Conseil des Equidés de Languedoc Roussillon, faisant ainsi fructifier le travail de fourmi de ses prédécesseurs.

 

Fin 2012, l'ACA prend un peu plus de contrôle sur les régions, en changeant la procédure d'adhésion (les éleveurs devront adhérer directement à l'ACA qui rétrocèdera une partie des cotisations au GECE). Cette nouvelle procédure va permettre à l'ACA d'augmenter substantiellement le nombre de ses membres, mais au prix d'une certaine aliénation de la souveraineté des GECE. Hugues Calvin écrit aux adhérents de l'époque au propos de cette convention de délégation de l'ACA signée du Pdt de l'époque Robert Luchez  :

 "J'ai pris connaissance des propositions et j'en ai informé mes adhérents. Nous avons débattu de la question en conseil d'administration. Je suis donc disposé à vous donner la position du GECE quant à cette proposition. À la fois sur la méthode et sur le fond.

 1.  sur la méthode : Cette modification de statuts entraîne des modifications considérables de l'association (rôle, indépendance et viabilité des structures régionales, place des « professionnels »...) et doit donc faire l'objet d'un travail commun et collectif préalable. Ce travail en amont devra tenir compte des réalités de restructuration de la filière cheval en France :  régionalisation avec les conseils des chevaux, SHF, nouvelle répartition et fléchage des crédits aux associations de race...

2.  sur le fond :  D'une part l'adhésion à une structure régionale, et une structure nationale qui est le résultat du rassemblement des énergies du terrain doit à notre avis rester la règle. Ne construisons
pas la pyramide en commençant par le sommet ! Il nous semble que le projet recèle en son sein la remise en question de l'indépendance relative (au moins économique) de nos associations régionales et au delà de leur existence... Or la dynamique, le bénévolat, le tissu associatif, c'est la base qui le permet ! D'autre
part il faut porter la réflexion plus loin en se reposant la question des objets , des buts de notre association. Car repenser les règles d'adhésion, cela va avec repenser les buts et bien se mettre d'accord sur ceux-ci. On choisit son outil en fonction du travail que l'on a à faire...N'oublions pas que si le but principal est de soutenir une race, par exemple, il faut aussi soutenir les hommes qui l'élèvent. Sans être opposés au principe, il est donc pour nous prématuré de se positionner sur la proposition actuelle de révision des statuts... La feuille de route, le calendrier, les objectifs et la composition de la commission sont des sujets largement assez sérieux et étoffés pour pouvoir être traités en AGE. Si toutefois, la proposition actuelle de modification de statuts devait être soumise au vote de l'AGE, le GECE LR se verra dans l'obligation de voter contre ce projet".
   Hugues Calvin

 

Lors de l'Assemblée Générale de novembre 2015, c'est Jean-Jacques Pesquet qui est élu à l'unanimité à la présidence laissée vacante, H. Calvin désirant se consacrer au Conseil des Equidés et la fusion avec Midi Pyrénées.

Les poulinages "made in aqui", plein air intégral.... photo B. Soullier