GECE Région Languedoc-Roussillon Midi Pyrénées

GeceGroupement des éleveurs de chevaux d'endurance

Livres de Noël à offrir ou à s'offrir !

Livres de Noël à offrir ou à s'offrir !

Quelques idées de cadeaux très abordables, et fondamentaux, à l'occasion des fêtes de Noël et des longues soirées d'hiver, quand les éleveurs ont enfin un peu de temps libre, sélectionnés par Yves Riou !

"Voici quelques livres d’autrefois, mais parus ou réédités récemment, histoire de se confronter à la réalité du pur sang arabe d’avant la mécanisation. Textes conçus du temps où l’arabe était l’avion de chasse des armées de l’Europe et du Moyen Orient.

Pas de nostalgie, mais des connaissances qui permettent de fonder nos élevages sur des faits vécus, des évènements historiques, des méthodes de croisements, des récits d’aventures. Où dans le texte mais aussi entre les lignes, survit une culture équine pragmatique, concrète, ancestrale. Avec laquelle nous sommes en rupture.
On y découvre, comment au moment du découpage du Moyen Orient en territoires admnistrés par les anglais et les français, la multiplicité des origines génétiques des chevaux d’orient est ramassée dans un mot valise simplificateur : le pur sang arabe.

Un mot qui contient en réalité une mosaïque de races aux fonctionnalités spécifiques, une hiérarchie qualitative longtemps soigneusement préservée. Des distinctions morphologiques et génétiques aujourd’hui quasiment disparues…ou qui persistent de façon quasi occulte, sans que l’on ne sache plus vraiment les nommer, les reconnaître.

Impression d’Orient et d’Arabie par le Comte Wenceslas Rzewuski.
Sous titre : Un cavalier Polonais chez les bédouins 1817-1819.
Editions du Muséum d’histoires naturelles – José Corti.

Première Impression en 2002.

Disponible par correspondance chez l'Harmattan, 35,50 euros
 

Laurence d’Arabie avant l’heure. Un peu Emir, un peu négociant de chevaux du Nedj, agent de laison sans l’avouer, le comte Rzewuski parcourt le moyen orient à cheval pendant une période troublée, où il vit le siège d’Alep de 1819…alors que sa mission officielle consistait à négocier des chevaux arabes de pure souche pour le compte des Grands des pays de l’est…
Cet aristocrate orientaliste raconte en français, ses aventures, son érudition concernant les différentes races de chevaux orientaux et leurs qualités respectives. Car à l’époque chaque strain, chaque origine géographique se distinguait, se conservait.

Un témoignage direct de la vie à cheval dans l’empire Ottoman du début du 19ème siècle par un expert. Une mine de connaissances sur les méthodes d’élevages, l’éducation et l’utilité des chevaux avant la motorisation. Tout un savoir concret, disparu aujourd’hui !

Dialogues sur l’hippologie arabe.
Sous titre. Les chevaux  du Sahara et les moeurs du désert.
Actes Sud. Arts équestres. Collection Jean Louis Gouraud.
Réimpression en 2008. 35,50 euros

Ne perdons pas de vue que ce texte a été conçu à des fins politiques au moment où en France, la remonte oscillait dans les sphères étatiques entre le pur sang anglais et le pur sang arabe. La réalité du terrain lors de la conquête coloniale algérienne imposa par les faits, le pur sang arabe et le barbe….mais il fallait expliquer, prouver, traduire pour que ces choix vitaux pour l’armée d’Algérie ne soient pas remis en cause.
Dans ce contexte, l’Emir Abd El Kader redoutable combattant sur le terrain, après sa mise en résidence surveillée fut utilisé, comme caution technique pour ses connaissances érudites du cheval, mais surtout comme motif orientaliste pour séduire et convaincre…Dans une culture légèrement différente de celle du moyen orient, surtout pour l’usage des étalons, on y découvre là encore les faits de la vie pratique sur le terrain, les moeurs culturelles, de la fin du 19 ème siècle au Mahgreb.
 


 Chevaux des arabes  et chevaux arabes. Karl Wilhelm Ammon, traduit par JP Portmann.

Actes Sud. Arts équestres. Collection Jean Louis Gouraud.
Réimpression en 2008. 29,50 euros


Gigantesque revue de presse de ce qui a été écrit avant et pendant sa vie sur les chevaux d’orient , Karl Wilhelm Ammon, vétérinaire équin de profession nous raconte par citations interposées quelles étaient les connaissances sur ce que nous avons nommé par la suite le pur sang arabe. Et cela avant 1834 en Bavière !
Plus hermétique que les deux oeuvres citées plus haut, car toutes les opinions même contradictoires sont exposées et commentées selon les auteurs relatés. Il est cependant d’une très grande richesse, justement par la diversité des opinions exprimées.
Tous les thèmes sont abordés dont les races, l’élevage, le débourrage, l’éducation, la castration, la vente dans différentes zones géographiques : arabie, turkménie, barbarie…un état des lieux datant de plus de 180 ans."

 NB pour de "beaux" cadeaux, des livres d'occasion rares, n'oubliez pas de visiter le catalogue de la librairie Philippica de la famille Deblaise. Prévoir un budget plus conséquent... http://antiques-philippica.com/e-catalogue/